Notre bilan de mandat 2014-2020

Élue en 2014, l’équipe municipale aujourd’hui présidée par Christian Laprébende a réalisé l’intégralité du programme qu’elle avait annoncé. Axé notamment sur le développement économique, l’engagement dans la transition écologique, le renforcement de l’attractivité de la ville, l’amélioration du cadre et de la qualité de vie des Auscitains, le programme annoncé a très largement tenu ses promesses comme vous pourrez le constater à la lecture du bilan de la mandature.

En quelques années, la majorité municipale a impulsé en effet des projets qui ont profondément transformé Auch. D’ailleurs, celles et ceux qui la retrouvent après des années d’absence sont unanimes à reconnaitre sa métamorphose.

Auch, chacun en convient, est dynamique et sereine à la fois. C’est une ville qui bouge, que l’on aime pour son patrimoine et sa modernité, pour son environnement préservé et sa proximité avec la nature, pour sa vitalité associative et sa richesse culturelle, et pour la qualité de ses services. Auch est aussi – et ce n’est pas neutre – une commune bien gérée, faiblement endettée et qui conserve des marges de manœuvre importantes pour financer ses projets.

Ces atouts sont autant de forces pour inventer et dessiner ensemble la ville que nous voulons léguer à nos enfants. Ces atouts vont nous permettre aussi de relever, à notre échelle et avec les moyens qui sont les nôtres, les défis de notre époque.

La caserne Espagne : depuis plus de vingt ans, cette friche propriété de l’Etat était à l’abandon. Après que tous les autres projets privés ou publics (Etat) annoncés ou envisagés aient été abandonnés, la ville a pris la décision de racheter l’intégralité du site en décembre 2017 et de mettre en route un programme de réhabilitation. 2020 marquera le début des travaux avec l’installation de l’institut en soins infirmiers et l’agrandissement du cinéma Ciné 32. Ce grand projet dont les premières orientations vont être dévoilées en cette fin d’année 2019, a fait l’objet d’une concertation citoyenne au travers d’ateliers et de journées portes ouvertes. Il va participer de manière forte à la modernisation d’Auch en préfigurant la ville que nous voulons pour demain.

Le Grand Garros : plus de 700 logements rénovés, un nouveau centre commercial, de nouveaux équipements et de nouvelles rues, le projet de rénovation urbaine du quartier du Grand Garros, d’un montant de près de 80 millions d’euros, est le plus grand chantier de l’ère contemporaine gersoise. Il va profondément modifier la structure du quartier. Signée au mois de septembre dernier avec le directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), la convention pluriannuelle du projet de renouvellement urbain du quartier donne le coup d’envoi officiel de l’opération. Les premiers travaux de rénovation débuteront dès l’année 2020, le centre commercial devant être opérationnel en 2023. La première phase est programmée jusqu’en 2026.

L’Escalier monumental : commencée en 2009, la réhabilitation de cet ouvrage majestueux s’est achevée en 2017. Elément fort d’attractivité touristique au même titre que la  cathédrale Sainte-Marie, l’Escalier monumental est aussi et surtout un espace public très apprécié des Auscitains. En juillet et en août, pic de fréquentation du monument, plus de 120 000 passages ont été comptabilisés dans l’escalier.

Place de la République : Après les opérations de rénovation de l’Escalier monumental, de la place de la Libération, des balustres des Allées d’Étigny, de la rue Dessoles, la réhabilitation du parvis de la cathédrale et de la rue de la République ont constitué une nouvelle étape dans le projet global d’embellissement du cœur historique. L’aménagement qualitatif de ces espaces publics majeurs a d’abord été voulu pour améliorer la qualité du cadre de vie des Auscitaines et des Auscitains. Il s’inscrit ensuite dans une volonté de créer un espace apaisé de partage et de rencontre pour les piétons. Il est enfin un atout précieux pour développer l’attractivité du cœur historique, pour attirer les touristes et renforcer la vitalité des commerces de la haute-ville.

Réhabilitation de friches urbaines :

  • Ancien collège Carnot : ensemble architectural appartenant à la commune d’Auch, l’ancien collège Carnot a été vendu à la SA Gasconne d’HLM en 2017. Cet organisme HLM y construit des surfaces de bureaux dédiées aux activités tertiaires et des logements dont certains seront en accession à la propriété. D’ores et déjà, des acteurs économiques sont installés dans les murs, comme la Chambre de commerce et d’industrie ou l’Union patronale du Gers. Coût des travaux réalisés par la SAG HLM : 10 millions d’euros investis.
  • Ancien hôpital Pasteur : la ville d’Auch, propriétaire de cet ensemble immobilier, a accompagné sa réhabilitation avec une mixité des usages (services, logements). Après le transfert du siège de la maison départementale de l’enfance et de la famille (MDEF) et l’association départementale PEP 32 du Gers, la pointe sud de l’îlot Pasteur vient d’être rénovée pour accueillir des logements.

Requalification de la rue du 8 Mai (voirie urbaine) : artère ayant un profil essentiellement routier, cette rue a été totalement réaménagée pour permettre la cohabitation des piétons, des vélos et des voitures. L’ensemble a également reçu un traitement paysager de qualité.

Réhabilitation de voiries rurales : de nombreuses voies rurales (45 km) ont été rénovées durant le mandat (chemin de la Réthourie, chemin de Caillaouère, chemin de Lescat, chemin du Tougey…).

Réhabilitation de voiries urbaines : dans le cadre de son programme pluriannuel de réfection de la voirie communale, de nombreuses voiries urbaines (18 km) ont été traitées en fonction de leur état : rue du Tapis-Vert, rue Gambetta, avenue Sambre-et-Meuse, rue de Metz, rue de l’Egalité… 20 km de trottoirs ont également été rénovés.

Sécurité et tranquillité publique :

En janvier 2014, la Ville d’Auch s’est dotée d’une police municipale chargée de contribuer à la sécurité et à la tranquillité publique. Depuis 2019, les effectifs de ce service ont été renforcés, passant ainsi de 5 à 8 policiers municipaux et 4 ASVP (Agents de surveillance de la voie publique). Les policiers municipaux participent à la sécurité publique – qui reste une mission de l’Etat – en poursuivant un objectif de prévention, de dissuasion et de médiation, au plus près des habitants et en proximité avec les commerçants.

Mise en place d’action de coordination police nationale/police municipale : dans le cadre d’une convention avec la Direction Départementale de la Sécurité Publique (Police nationale), des patrouilles mixtes composées d’agents de la police municipale et d’agents de la police nationale ont été mises en place. Elles ont pour mission d’assurer une présence renforcée et visible sur la commune, de sécuriser les biens et les personnes, de rassurer et de lutter contre les incivilités.

Création d’un Groupe Local de Traitement de la Délinquance (GLTD) : cette instance, placée sous l’autorité du procureur de la République, permet de partager l’information entre divers services (police, justice, Education nationale, bailleurs sociaux…) afin de coordonner la lutte contre délinquance.

Plan climat air énergie territorial:

Dans la continuité de l’Agenda 21, un plan climat à l’échelle de l’agglomération a été élaboré pour adapter le territoire au changement climatique. Programmées sur une période de six ans, les actions (plus de 60) concernent la mobilité, l’agriculture et l’alimentation ainsi que l’énergie (développement des énergies renouvelables et maîtrise de la consommation).

Agriculture urbaine :

  • Création en 2015 d’un jardin partagé « le Garr’hou » : espace de jardinage communautaire au Garros, où 35 familles cultivent leur lopin de terre en utilisant des méthodes respectueuses de l’environnement.
  • Création en 2018 d’un deuxième jardin partagé, « le Jardin Joyeux » : 48 familles cultivent leur potager sur un espace de 5000 m2.
  • Création de « keyholes » aux écoles Lissagaray, Saint-Exupéry et Coulongues : Initialement développé dans le but d’assurer l’autosuffisance alimentaire de familles dans des régions arides, le « key hole garden » ou « jardin en trou de serrure » est un dispositif dérivé des principes de la permaculture qui permet d’assurer une production maraîchère importante moyennant un apport en eau, un entretien et des connaissances réduites. Il est ici question de renforcer le lien entre l’école-cible et les habitants proches et de proposer un lieu de partage et d’échange.
  • Mise en place de potagers urbains Incroyables comestibles place d’Assas et place Barbès : « Incredible Edible » ou « incroyables comestibles » en français est une expérience communautaire qui consiste en la mise à disposition gratuite, dans de petits potagers disséminés dans les villes, de légumes cultivés par des volontaires. Une première expérience auscitaine « d’incroyables comestibles » est implantée sur la place d’Assas. En s’appuyant sur cet exemple, les riverains sont conviés à participer et à profiter des plantations, en apportant leurs déchets verts, en contribuant à l’entretien ou en cueillant des légumes.
  • Création de deux vergers (école de musique et Embaquès) avec 161 variétés de fruitiers patrimoniaux.

Les pratiques vertueuses en matière de gestion de l’eau :

  • Economies d’eau par l’utilisation de plantes adaptées aux conditions difficiles. Dès 2015 expérimentation menée sur le boulevard Sadi-Carnot avec des plantes particulièrement adaptées qui n’ont jamais été arrosées après leur implantation. Cette plantation a fait l’objet de nombreuses publications dans les revues spécialisées.
  • Arrosages à partir d’eau non-traitée, Création de réseaux d’arrosage d’eau brute.
  • Sur les 238 ha d’espaces verts, 14,45 ha soit 11,58 %, sont arrosés, y compris terrains de sports (14 ha avec de l’eau brute non-traitée et seulement 0,45 ha avec de l’eau potable).

Déplacements, mobilité:

  • Création d’une aire de covoiturage : route de Toulouse, à proximité du giratoire des Grisons.
  • Navette gratuite l’Auscitaine : depuis le 7 juillet 2014, une navette gratuite relie la haute et la basse ville d’Auch en passant par les quartiers commerciaux du centre-ville (avenue d’Alsace, rue Dessoles et rue de Lorraine) mais aussi à proximité des principales administrations (mairie, poste, préfecture, inspection académique). Elle dessert également les grands équipements culturels de la ville (Ciné32, Circa…). 
  • Gratuité des transports pour les scolaires et les étudiants pendant la période scolaire.

Les transports en commun en quelques chiffres :

  • Nombre de voyages : 537 136 contre 469 679 en 2014 (+14.36%)
  • Nombre de km : 482 462 contre 450 892 en 2014 (+7%)
  • Coût du ticket unitaire : 0.90 € (1 € en 2019) contre une moyenne nationale sur réseau similaire de 1,11 €

Déplacements alternatifs à la voiture : 

7,4 km de bandes cyclables ont été aménagées comme la rue du 8-Mai:

  • deux itinéraires reliant la Gare SNCF à la Haute Ville et quartier du Garros ont été matérialisés au sol. 
  • 19 sas vélos devant les véhicules aux feux tricolores
  • 16 cédez-le-pas à destination des cyclistes leur permettant le passage aux feux rouges
  • 4 doubles sens autorisant la remontée des cyclistes en sens unique ont été aménagés.

De nombreux dispositifs d’appuis vélos ont été posés : rues Alsace, Lissagaray, Barbès, Saluste-du-Bartas, Hoches, Betclar…)

  • Parcs de 5 vélos et 10 vélos à assistance électrique dans les services de la ville et de l’agglomération.
  • Transition du parc de véhicules municipaux : la collectivité a fait l’acquisition de trois véhicules électriques et un véhicule hybride pour les déplacements de services.

Climat, énergie

  • Création d’une Plateforme territoriale de rénovation énergétique de Grand Auch Cœur de Gascogne (PTRE) : sur tout le territoire de l’agglomération, la PTRE facilite et simplifie les démarches des habitants désireux de rénover efficacement leur logement, en proposant un accompagnement personnalisé et un bilan thermique gratuit et à domicile.
  • Plan de rénovation énergétique des bâtiments communaux : chaque année, la ville consacre 200 000 euros à l’amélioration de la performance énergétique de son patrimoine immobilier. Ce plan pluriannuel permet de réduire les coûts liés à la consommation d’énergie (chauffage, éclairage, …), de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer la qualité de l’air comme la qualité de vie des habitants.
  • Plan de rénovation de l’éclairage public : la modernisation des 5 800 points lumineux fait l’objet d’un plan annuel : ainsi la puissance de chaque point d’éclairage a été ramenée de 133W à 44W entraînant une baisse annuelle de l’ordre de 4% de la consommation et permettant une maîtrise de la facture.
  • Installation de quatre double bornes électriques pour développer l’écomobilité sur la ville ainsi que d’une borne de recharge rapide sur la zone d’activité de l’hippodrome pour le territoire de l’agglomération.
  • Projet pionnier de production d’énergie photovoltaïque sur un bâtiment communal (salle de sport Ernest-Vila) en autoconsommation d’énergie.
  • Projet de création d’une station de gaz naturel de ville (GNV) en cours de réalisation.

Gestion des déchets et recyclage

  • Actions engagées par la collectivité pour réduire le volume des déchets ménagers : grâce au tri sélectif et au développement du compostage, le volume de déchets non-recyclables a diminué de plus de 1000 tonnes en dix ans. Rendue possible par cette baisse du volume de déchets, la diminution du nombre des tournées de ramassage permet de baisser de 40% le kilométrage parcouru chaque année par les camions-bennes, soit plus de 13000 km. C’est l’équivalent 31 tonnes de gaz à effet de serre qui ne seront plus rejetés chaque année dans l’atmosphère. 
  • Projet d’économie circulaire initié sur la zone d’activités d’Engachies regroupant une dizaine d’entreprises.

Collecte des déchets

  • Optimisation des collectes des déchets : mise en place de conteneurs enterrés (20 sites supplémentaires pendant ce mandat, 40 sites au total) en centre-ville, afin de faciliter la collecte (problème du stationnement le soir dans les rues étroites) et améliorer la propreté des rues. Diminution des quantités de déchets collectés (-5%).
  • Baisse de la fréquence de collecte pour les déchets non recyclables et diminution de la TEOM: afin de diminuer la consommation de carburant (baisse de 40 % du kilométrage soit 13000 km par an) les émissions de CO2 (baisse de 30 tonnes par an) et maitriser les dépenses. Baisse des déchets non-recyclables (-6,4%) 9130 t en 2014 contre 8675 en 2018. Cette nouvelle organisation s’est accompagnée d’une baisse de 5% de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).
  • Adapter la contribution des usagers au volume des déchets produits: mise en place d’une redevance spéciale pour les entreprises du territoire.
  • Développement du compostage : durant la période 2014-2018, 390 composteurs individuels et 8 sites de compostage collectif intéressant 70 foyers, ont été installés.

Propreté des espaces publics

  • Acquisition de matériels supplémentaires afin d’améliorer la propreté : une laveuse à eau chaude. Ainsi ce sont 2 balayeuses et 2 laveuses qui œuvrent quotidiennement (dont deux en double poste) à la propreté des rues et places.
  • Un nettoiement vertueux et écologiquement responsable : arrêt de l’emploi de désherbant depuis 2009 ; utilisation de petits matériels de nettoiement électriques (moins de pollution atmosphérique et sonore).
  • Rénovation et modernisation des toilettes publiques : installation de toilettes automatisées et désinfectées après chaque passage (allées Baylac, espaces publics et parking du CIRC, square CUZIN, rue du Dr Samalens/Etigny, jardin Ortholan).

Espaces verts et publics

  • Réhabilitation du jardin Ortholan : rénovation des bassins et parterres en fonction des références de construction, mais avec un recyclage de l’eau. Réfection totale des jeux pour enfants. Mise en accessibilité de la totalité du jardin aux Personnes à Mobilité Réduite. Réfection de toilettes publiques. Arrosage en eau brute à partir d’un puits foré sur place.
  • Rénovation du square Cuzin : jardin de diversité végétale où poussent 200 plantes en 93 espèces et variétés différentes. Création d’un bassin à eau recyclée et aménagement d’une zone humide. Installation de brumisateurs pour les heures les plus chaudes de l’été. Aménagement d’un jardin sec dans le talus. Mise en place de panneaux pédagogiques et d’interprétation. Création d’une réserve d’eau de récupération des toits pour l’arrosage éventuel. Création d’une aire de jeux naturelle dans le talus. Création d’une aire de jeux spécifique pour les tout petits.
  • Création d’une aire de jeux pour enfants au parc du Couloumé : 350 000 euros investis.

Végétalisation des espaces publics :

  • Avenue de l’Yser et la route d’Agen, plantes adaptées aux conditions difficiles.
  • Rue du 8 mai, arbustes locaux en signature et plantes adaptées (2800 plantes).
  • Rue de la république, plantation de 10 ormes de Sibérie.
  • Rue Dessoles, végétalisation verticale.
  • Plantations dans la coulée verte du Garros (200 arbres).
  • Plantations sur le parvis du lycée Pardailhan.

Plantations et aménagements dans les quartiers :

  • Rue Paul Verlaine, avec la plantation de spirées.
  • Massif, 201 rue Victor Hugo, remplacement de végétaux vieillissants (entrée de ville).
  • Boulodrome Fermat, implantation progressive de végétation de milieu aride.
  • Rue Anatole France, création d’un massif de chèvrefeuille à côté du transformateur électrique.
  • Place Baudin : renouvellement arbustif.
  • Quartier des Grisons : plantation de quelques fruitiers d’ornement.
  • Place porte trompette : renouvellement de la végétation des bacs par des plantes adaptées.
  • Avenue 1ère Armée Française : renouvellement du massif devant la boulangerie (entrée de ville).
  • Quartier du Mourroussin : renouvellement des arbres vieillissants par des sujets adaptés au sec.
  • Rue Georges Brassens : implantation progressive de végétation de milieu aride.
  • Quartier de Courrèges : plantations de plantes adaptées.
  • Maison Petite Enfance/ rue François Mitterrand : création d’un massif de végétaux « spectaculaire ».
  • Cimetière : verdissement et fleurissement.

Renouvellement végétal

  • Le patrimoine arboré : depuis 2014, 690 arbres ont été plantés (330 en remplacement dans le cadre du renouvellement végétal, 360 comme plantation nouvelle.
  • Les arbustes, plantes vivaces et adaptées (au terrain et au climat) : depuis 2014 près de 3000 arbustes et 6000 plantes vivaces ont été installées en régie (hors jardin Ortholan/square Cuzin/ rue du 8-Mai/ route d’Agen). Ainsi, Auch est une ville nature avec 238 ha d’espaces verts (dont 110 ha de forêt) soit 103 m² par habitant.

Les reconnaissances obtenues par la ville en matière d’environnement

  • Obtention en 2017 du label national 4e fleurs au concours des villes et villages fleuris organisé par le comité national pour le fleurissement de la France (ministère du Tourisme).
  • Obtention du label « LPO » (Ligue pour la protection des oiseaux) sur l’ensemble des rives du Gers en agglomération.
  • Obtention du label « Espace Vert Ecologique » délivré par Ecocert pour le parc du Couloumé et espaces Endoumingue. Demande d’extension aux espaces CIRC ainsi que labélisation prochaine du jardin Ortholan.
  • Labellisation PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) du « Bois d’Auch », label qui certifie la gestion durable de la forêt communale d’Auch.

Rénovations de logements dégradés et anciens : depuis 2014, dans le cadre de la 6ème Opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH), la ville d’Auch a permis la rénovation de 164 logements en attribuant 553 555 euros de subventions.

Aides à l’embellissement des façades : depuis 2014, 64 propriétaires ont bénéficié de 432 304 euros de subventions de la ville d’Auch pour rénover les façades de leurs immeubles. 

Impact de l’OPAH sur l’économie locale : les incitations financières mises en place dans le cadre de la 6ème OPAH ont généré 6 557 068 euros H.T. de travaux réalisés par des artisans locaux.

Opération collective urbaine 2013/2015 : ce dispositif a permis d’enregistrer des résultats très positifs tant au niveau de l’attractivité que de la modernisation des pôles commerciaux et artisanaux de la ville d’Auch. Les effets directs ont été les suivants :

  • La modernisation des entreprises : 14 commerçants/artisans ont bénéficié de subventions.
  • La rénovation des devantures commerciales : 26 opérations ont été subventionnées. 
  • Accroissement du chiffre d’affaires des commerçants et artisans qui ont modernisé leurs locaux : l’augmentation moyenne du CA avoisine les + 5%.

Sauvetage de l’abattoir d’Auch : en février 2015, avec le soutien local de l’Etat, l’appui du conseil départemental et du conseil régional, l’agglomération Grand Auch Cœur de Gascogne s’est portée acquéreur des murs et du foncier de l’abattoir alors menacé de fermeture. L’abattoir comptait à cette date 80 emplois sur site. La collectivité a réalisé également les travaux de modernisation et perçoit de la part des exploitants un loyer qui couvre les emprunts. Une seule condition à la mise en œuvre de ce plan : que les éleveurs et les professionnels de la filière se mobilisent et s’engagent à assurer un apport minimum de 4100 tonnes par an. Un seuil désormais largement dépassé (7668 tonnes en 2018), ce qui témoigne du dynamisme de la filière et de l’intérêt de la profession pour conserver un abattoir de proximité

Aéroport Auch-Gers : géré par un syndicat mixte qui regroupe le conseil départemental du Gers, la CCI et la communauté d’agglomération Grand Auch-Cœur de Gascogne, cet aéroport dispose d’une piste totalement revêtue de 1900 m (rénovée en 2010) et d’une piste en herbe. Depuis 2013, l’aéroport d’Auch-Gers enregistre +21% de mouvements. Plusieurs activités sont présentes sur ce site de 61 hectares : 

  • RTE : stockage d’hélicoptères pour la vérification du réseau de transport électrique
  • Amac Aerospace (ex-JCB Aéro), spécialiste de l’aménagement intérieur d’avion. 230 salariés en 2019, 12 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017
  • Météo France, centre de télétravail.
  • Eforsa, école de formation à la sécurité aérienne. 20 salariés, 600 à 700 stagiaires/ an, 2000 nuitées/an. Partenariat avec l’IUT d’Auch et son département HSE (hygiène et sécurité). 
  • Andorra Academy : école de pilotage professionnel (aviation d’affaire). 22 élèves répartis entre Andorre et Auch.
  • Airways Collège : école de pilotage professionnel. Auch est l’antenne de l’école d’Agen, elle compte 11 élèves.
  • Logyx : formation à la sureté aéroportuaire. Ce partenariat a permis d’accueillir 1 formation de 12 participants venant de 9 pays africains.

Zone du Grand Chêne : la création de cette zone commerciale avait pour objectif de freiner l’évasion commerciale (clientèle gersoise qui consomme hors département du Gers) vers Toulouse et les chefs-lieux des départements voisins (Agen, Montauban, Tarbes) estimée annuellement à 183 millions d’euros (source : CCI du Gers – juin 2010 – étude sur les comportements d’achat). Son implantation sur la zone du Mouliot, à l’entrée de l’axe Auch-Toulouse, n’a pas vocation à concurrencer le commerce de centre-ville, mais bien à fixer sur Auch une clientèle qui, jusqu’à présent, s’en va vers Toulouse tout un créant un point d’attractivité susceptible d’attirer vers Auch une clientèle qui, jusqu’à présent, ne vient pas jusqu’à Auch. Cette zone accueille aujourd’hui 22 enseignes qui emploient 220 salariés.

L’économie à Auch en quelques chiffres :

  • Auch est le principal pôle départemental avec 16 500 emplois (23 000 emplois sur Grand Auch Cœur de Gascogne).
  • Un taux de chômage inférieur aux valeurs de référence régionales et nationales avec 8,2% à Auch en 2016 contre 11,7% pour la Région et 9,7% en France.

Création du nouvel Office de tourisme : Création du nouvel Office de tourisme : l’office de tourisme dispose désormais, à quelques pas de la cathédrale, de nouveaux locaux plus adaptés à sa mission de professionnalisation et de coordination de la politique touristique locale. Moderne et offrant d’excellentes conditions d’accueil, il s’inscrit dans le réseau des Grands Sites d’Occitanie. L’office de tourisme est plus que jamais au cœur du dispositif de valorisation du territoire et de ses richesses, visant à développer les retombées économiques du tourisme.

Labels obtenus :

  • Auch, classée commune touristique en 2014
  • Candidature du dispositif Grand Site Occitanie validée en décembre 2017
  • Obtention de la marque Qualité Tourisme en décembre 2017 et du classement catégorie 1 en mars 2018

Chiffres clés :

  • La fréquentation du bureau de l’office de tourisme à Auch est passée de 38 000 à 54 000 visiteurs par an
  • La fréquentation du site internet de l’office de tourisme est passée de 80 000 à 140 000 visiteurs par an
  • Les compteurs installés dans l’escalier monumental ont dénombré 500 000 passages par an dont plus de 120 000 en juillet et août.
  • Près de 80 entreprises ont bénéficié du service d’accompagnement et de professionnalisation de l’office de tourisme

Terrain de football synthétique du Pitous : après des années d’utilisation intensive, le terrain synthétique du Pitous, en fin de vie, ne pouvait plus recevoir l’agrément de la Fédération Française de Football. Une réfection complète du terrain a donc été réalisée et terminée en 2017.

Réhabilitation du complexe sportif ErnestVila : après une analyse des besoins en matière d’équipements sportifs, un projet de réhabilitation complète de la salle Ernest Vila a été programmé afin de la transformer en salle multisports pouvant accueillir les activités de tennis de table et de handball. Travaux en cours 2019 – 2020. A noter que ce complexe sportif sera le premier en autosuffisance énergétique.

Couverture de terrains de Tennis du Plateau de Lescat : en complément de la réflexion menée sur la salle Ernest Vila, la couverture de terrains de tennis du plateau de Lescat s’est avérée indispensable pour que le club de Tennis Auscitain puisse en toute autonomie assurer auprès de ses adhérents une pratique régulière de leur sport et assumer également les tournois d’hiver et la formation au travers de l’école de Tennis. Travaux 2019.

Rénovation du mur et du terrain de Pala : équipements vieillissants, le terrain et le mur de Pala ont été complètement rénovés.

Rénovation de la tribune de l’hippodrome : suite à un épisode de vent violent, des dégâts à la toiture de la tribune sont apparus rendant impossible la tenue des manifestations programmées en raison de problèmes de sécurité. La tribune a été mise en sécurité par la reprise de la couverture.

Création d’une piste de Pumptrack : l’équipement existant du skate parc ne répondait plus aux normes actuelles de sécurité. Un équipement proposant une offre moins technique et plus grand public a été recherché. Le choix s’est porté sur une piste de Pumptrack après échanges avec la jeunesse.

Réfection du terrain de football Jeff-Aucourt : une réflexion globale a été menée sur les terrains de plein air afin de définir une politique de remise à jour de ces terrains : entretien, usage, utilisateurs…Cette réflexion a permis de définir des priorités d’intervention mais aussi les techniques de remise en état tout en permettant une continuité des pratiques dans le temps.
Premier équipement rénové dans le cadre de ce programme, le terrain de football Jeff Aucourt a été totalement réhabilité et son usage réglementé.

Service d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD) : 770 usagers bénéficient de ce service dédié aux personnes âgées, handicapées, malades. Les agents sociaux de ce service interviennent auprès des personnes à domicile pour leur apporter une aide aux actes essentiels de la vie (aide à la toilette, à la prise des repas, mobilité…) et aux actes du quotidien (aide au ménage, aux courses, à l’entretien du linge…), aux démarches administratives ainsi qu’un accompagnement relationnel.

Service de portage de repas à domicile : 55 776 repas servis à 161 usagers en 2018 par ce service qui répond 7 jours sur 7 aux besoins premiers de maintien à domicile des personnes âgées et handicapées.

Service de Déplacements accompagnés : ce dispositif d’accompagnement est destiné aux personnes ayant besoin d’un tiers dans les déplacements liés aux activités quotidiennes (consultations médicales, courses et achats divers, loisirs, etc.). 36 usagers utilisent ce service, soit 1193 heures d’accompagnement en 2018.

Service de petits travaux à domicile : il s’agit de travaux de type : petite électricité, plomberie, petite menuiserie, jardinage.

Service Interlude (équipe mobile de prévention de l’aggravation de la dépendance) : destinée aux personnes de 60 ans et plus, Interlude vise à assurer un accompagnement individuel et collectif des personnes âgées présentant un syndrome de glissement et/ou de rupture de liens sociaux, dans l’objectif de ralentir l’aggravation de la dépendance.

Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) : sous la responsabilité d’infirmières coordonnatrices, des aides-soignantes dispensent à domicile, des soins d’hygiène et de confort (toilettes médicalisées, aide à la mobilité, surveillance) aux personnes âgées, handicapées ou malades. 123 usagers dans l’année 2018.

Équipe Spécialisée Alzheimer (ESA) : rattaché au SSIAD, ce dispositif s’adresse aux personnes à un stade léger ou modéré de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Il a pour objectif de contribuer au maintien à domicile grâce à un accompagnement spécialisé et individualisé. 104 personnes sont suivies dans le cadre de ce dispositif.

Service loisirs : dispositif de prévention du vieillissement à travers des activités de loisirs adaptées afin de favoriser le lien social. 228 usagers ont utilisés ce service en 2018.

Service d’Aide Sociale : service qui instruit les demandes d’aide sociale obligatoire, de RSA, assure la domiciliation de personnes sans domicile stable ; il peut apporter des aides de nature diverse : aide alimentaire, aides aux personnes démunies, aides financières. 954 ménages ont été aidés en 2018.

Micro-crédit personnalisé : dispositif qui permet un accès à des prêts bancaires pour des personnes à faibles revenus, exclues du système bancaire, pour le financement de projets facilitant l’insertion ou la réinsertion sociale.

Epicerie sociale « l’ESCALE » (Espace Solidaire Coordonné autour de l’Alimentation dans un Lieu Educatif) : ce dispositif d’accompagnement social et éducatif pour les personnes en difficulté d’insertion et leurs familles vise 4 objectifs principaux : rendre à l’usager la capacité à participer à l’évolution de sa situation et à devenir autonome ; analyser avec lui l’organisation de sa vie quotidienne ; favoriser une alimentation saine et équilibrée adaptée au budget ; valoriser ses savoir-faire.

Auch, ville très animée

Plus de 800 évènements et manifestations diverses sur la ville en moyenne par an.  La ville accompagne ces événements par un soutien logistique (repas de quartiers, fêtes des écoles, manifestations portées par des associations, festivals, triathlon, soirées Bœuf grillé-Colombelle…) ou en est l’organisatrice (foire aux sports et à la culture avec l’OMS, marchés de Noël, place à la fête, fête de la musique, soirs d’été avec Pays d’Arts et d’Histoire, Lez’Arts de la rue, Concerts gratuits, Sports et santé…). Ce sont 11 500 heures de travail par an des agents municipaux consacrés à la logistique de ces manifestations (transports et installations du matériels).

Auch, ville de festivals : depuis des décennies, Auch accueille des festivals de dimension régionale, nationale voire internationale.

  • Circa : reconnu internationalement comme un rendez-vous incontournable en matière d’arts du cirque, le Festival du cirque actuel accueille chaque année en octobre durant une dizaine de jours entre 15 et 20 spectacles de compagnies professionnelles se produisant au cours d’environ 80 représentations. Plus de 30 000 festivaliers en 2018.
  • Ciné 32 – Indépendance et Création(s) : le Festival « Indépendance(s) et création »,  c’est une sélection de films en avant-première, en rassemblant professionnels du cinéma (cinéastes, acteurs, producteurs, distributeurs, exploitants de salles), cinéphiles, curieux et lycéens dans une ambiance conviviale. Festival dont la fréquentation ne cesse de progresser avec 15 700 festivaliers en 2018.
  • Eclats de voix : festival d’art lyrique, Éclats de voix se déroule tous les ans, durant trois week-ends du mois de juin (dix jours et dix nuits), dans le pays d’Auch au cœur de la Gascogne. Plus de 4300 festivaliers en 2018.
  • Claviers en pays d’Auch: depuis vingt ans, ce festival permet de faire découvrir et de faire vivre le patrimoine instrumental d’Auch et du Gers. Sa déclinaison estivale « Claviers d’été » offre un riche programme de concerts à la cathédrale Sainte-Marie.
  • Lez’Arts de la rue: chaque année au mois de juin, ce festival des cultures urbaines combine les arts de la musique, de la danse, du graphisme dans une ambiance jeune et joyeuse.

Réhabilitation du Musée des Jacobins devenu musée des Amériques—Auch :

Le musée des Jacobins désormais nommé musée des Amériques—Auch possède la deuxième collection d’art précolombien de France après le musée du Quai Branly à Paris. L’établissement n’était plus aux normes d’accueil que l’on peut attendre d’un musée moderne. Les travaux ont consisté en la mise en accessibilité complète de l’établissement et la création d’un accueil et d’une boutique moderne et ergonomique. La rationalisation des espaces a permis d’augmenter la surface offerte à la présentation des œuvres de 30%.
Montant de l’investissement : 1,4 millions d’euros

Musée des Amériques – Auch, un musée pour tous: Des efforts constants ont été faits pour favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre par une tarification attractive : la gratuité est accordée pour les moins de 18 ans et pour tous, le premier week-end de chaque mois. Ceci a permis d’augmenter et de fidéliser les visiteurs mais aussi d’ouvrir le musée à de nouveaux publics. La fréquentation s’est accrue avec une moyenne de 15 800 entrées annuelles entre 2014 et 2017 (dernière année pleine avant fermeture pour travaux) contre 12 100  entre 2008 et 2014, soit 30 % d’augmentation. L’accueil des scolaires a également été une priorité. Sur cette même période (2014-2017), 4450 enfants  ont été reçu en moyenne par an contre 2120 entre 2008 et 2014, soit 110 % d’augmentation.

Dispositifs spéciaux : le public empêché

  • Les actions menées avec les instituts spécialisés se sont accélérées à partir de 2012. Le Musée a ainsi accueilli des jeunes d’I.M.E., d’I.T.E.P., de C.L.I.S., de structures médicalisées comme des cliniques pour adolescents mais aussi des adultes par le biais de partenariats avec des  structures sociales, associatives telles que la mission locale, le CIAS, l’épicerie solidaire…
  • En 2014, le musée a été retenu dans le dispositif « Culture et santé ». Une convention entre la Drac et l’Agence Régionale de Santé (A.R.S.) a été signée concrétisant un partenariat réalisé entre un établissement sanitaire ou une structure médico-sociale de Midi-Pyrénées et une structure culturelle. Le projet a été réalisé avec les jeunes d’un IME et les résidents d’un EHPAD. L’objectif était de favoriser la rencontre entre ces deux publics isolés en leur proposant de créer ensemble des mobiles de grand format autour des collections précolombiennes. Le projet s’est intitulé « Quand les mobiles s’en mêlent » et a fait intervenir l’artiste Magali Bardos, auteure-illustratrice. Dix séances ont été programmées entre février et juin 2014 sur les 3 lieux (l’I.M.E., l’Ehpad. et le Musée) avec une restitution finale du travail durant l’été 2014 sur ces sites. La rentrée 2014 a été l’occasion de partager ce travail en exposant les œuvres communes au musée,  au cinéma d’Auch, à l’hôpital ainsi qu’à CIRCa.
  • Conventionnement à partir de 2014 avec le Centre social du Grand Auch et le Centre intercommunal d’Action Sociale du Grand Auch – service Interlude – pour favoriser l’accès au musée et à ses activités aux familles en situation de précarité financière.
  • Conventionnement avec la Mission Locale pour l’Emploi du Gers dans le cadre du  dispositif « Garantie Jeunes » pour accueillir des jeunes de 18 à 25 ans en visite gratuite. 
  • Conventionnement en 2016 avec le centre de formation de l’association Regar pour permettre à des jeunes en visite gratuite.
  • Différents partenariats ont également été engagés avec la CAF et le CAMSP depuis 2014 pour mener des actions collectives familiales au musée dans le but de renforcer la parentalité par le biais d’activités communes parents/enfants.

L’accessibilité: Afin de permettre aux personnes à mobilité réduite d’accéder au musée, d’importants travaux ont été engagés pour créer les espaces d’accueil et de circulation plus larges et équiper le bâtiment d’un ascenseur desservant les trois niveaux. Une réflexion plus importante est également menée en parallèle pour adapter le parcours de visite aux quatre handicaps : visuel, moteur, cognitif et auditif.

Des animations pour les plus jeunes dès la crèche :

  • De nombreuses animations sont proposées au public jeune de 6 à 12 ans tout au long de l’année (atelier, stages, contes, parcours enquête, chasse au trésor, jeu de piste).
  • Les tout petits ne sont pas oubliés car le musée travaille également étroitement avec les crèches et les assistantes maternelles dans le cadre d’un éveil artistique des enfants en bas âges (Maison de la petite enfance, relais des assistantes maternelles, Boule de gomme du Garros, Tendres Galipettes de pavie et la crèche familiale)

Des cycles de conférences pour tous: Depuis 2012, des conférences d’histoire générale de l’art sont proposées à notre public. Devant le succès rencontré par ces cycles, deux séances les lundis à 15 h 30 et 18 h sont désormais programmées.

Un musée qui s’exporte: En raison de la richesse de ses collections, le musée est souvent sollicité pour des prêts à des expositions en France et à l’étranger :

  • 2014 : « Trésors enluminés des régions de France » au Musée des Augustins à Toulouse (16 Novembre 2013 13 au 16 février 2014)
  • 2014 : « L’Empire de la couleur, de Pompéi au sud des Gaules » au Musée St Raymond à Toulouse (15 novembre 2014 au 22 mars 2015).
  • 2015 : « Camino de Santiago » au Musée Gaias –   Cité de la Culture de Galice – Saint-Jacques de Compostelle (Espagne) (13 mars au 13 septembre 2015).
  • 2015 : « Les couleurs du maïs » au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse (27 avril au 22 juin 2015)
  • 2016 : « Les Huaxteques, Peuple méconnu du Mexique précolombien » Musée de Préhistoire des gorges du Verdon à Quinson (1er juin au 30 novembre 2016)
  • 2016 : Plumes, Visions de l’Amérique précolombienne Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (22 novembre 2016 au 29 janvier 2017)
  • 2016 – 2017 : « Aventuriers des mers »  à l’Institut du monde arabe du 14 novembre 2016 au 26 février 2017 et au MuCEM à Marseille du 6 juin au 9 octobre 2017
  • 2017 : « Dauphin(s) » au Museum d’Histoire Naturelle de Perpignan (20 mai au 5 novembre 2017)
  • 2017 -2018: Inka – Gold. Macht. Gott – Inca – Or. Pouvoir. Dieu au Vöelklinger Huette, Sarre, Allemagne (d’avril 2017 à avril 2018)
  • 2017 -2018 : « Medellin, une histoire colombienne » ,  les Abattoirs-Frac Occitanie Toulouse (29 septembre 2017 au 21 janvier 2018)
  • 2017 – 2018 : Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » à L’Institut du Monde Arabe à Paris (25 septembre 2017 au 14 janvier 2018)
  • 2018 : Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » au Musée des Beaux-Arts de Tourcoing (22 février au 20 juin 2018)
  • 2017 : Golgden Kingdoms musée J.Paul Getty Los Angeles (du 16 septembre 2017 au 28 janvier 2018)
  • 2018 : Golgden Kingdoms Metropolitan of Art, New-York (du 27 février au 28 mai 2018)
  • 2018 : Exposition « Les Trésors du Pérou de Chavίn aux Incas » à Alès (du 8 juin au 4 novembre 2018) 
  • 2018 – 2019 : La cité internationale de la Tapisserie à Aubusson du 2 juillet 2018 au 31 décembre 2019: « Tapisserie du Monde »
  • 2019 : Musée Girodet  à Montargis, Dépôt d’un tableau des collections du musée « Valentine de Milan et Charles VI »
  • 2019 : Du 5 au 11 novembre 2018: Salon fine Arts, Carrousel du Louvre « Peintres-sculpteurs/ sculpteurs-peintres », l’exemple d’Henry de Triqueti »

Une exposition au musée du Quai Branly – Jacques-Chirac: La collaboration avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac entamée depuis de nombreuses années s’est concrétisée par la réalisation d’une exposition du musée d’Auch à Paris, sur la mezzanine Martine-Aublet du  22 novembre 2016 au 29 janvier 2017 : Plumes, Visions de l’Amérique précolombienne.

Cette exposition avait pour ambition de présenter les plus belles pièces de la collection de plumasserie mexicaines dont le musée des Amériques détient un des fonds les plus importants en Europe.

Un musée qui s’enrichit grâce aux dons: Durant ces 20 dernières années, le musée a vu ses collections s’enrichir d’une façon remarquable. La palette des artistes gersois figurant dans le fonds local s’est élargie notablement et la place accordée à la production artisanale et industrielle auscitaine valorisée tandis que des pièces lapidaires de grande valeur ont intégré les salles d’archéologie antique et médiévale. Mais ce sont surtout les collections précolombiennes qui ont vu leur taille croître sensiblement en passant de près de 1200 pièces à plus de 40 000 items grâce à des donations exceptionnelles :

  • 2014 : Don Cottier (40 pièces provenant du Pérou, Bolivie, Venezuela, Costa-Rica, Brésil)
  • 2015 : Don Roullet (292 items Pérou et Mésoamérique)
  • 2015 : Don Priet-Gaudibert (2 ornements d’oreille en or et argent Mochica)
  • 2016 : Don Porte et Plenot (1135 items Pérou et Mésoamérique)
  • 2016 : Don Fruman (34 textiles andins)
  • 2017 : Don Wohrer (1 pièce)

La bibliothèque

Gratuité du service: La bibliothèque est un service de l’agglomération du Grand Auch cœur de Gascogne. Elle est accessible gratuitement : équipements, fonds et animations. La bibliothèque c’est plus de 100 000 documents prêtés à l’année.

Actions en direction des publics empêchés:

  • Résidence d’artiste du Garros : dans le cadre de la rénovation du quartier du Garros, la DRAC a initié le projet d’une résidence de quartier portant sur l’histoire et la mémoire du quartier. La finalité de la résidence était de fédérer les habitants autour de la création d’une œuvre collective. Marthe’Oh a animé des ateliers aboutissant à la création de fanzines racontant l’histoire et la vie du quartier, les trajectoires  et aspirations de ses habitants à travers l’initiation à différentes techniques artistiques.
  • Bibliothèque des collectivités : dans le cadre du nouveau projet de service, il a été décidé de positionner dans les locaux de l’ancienne Ecole Marianne, le local de stationnement du bibliobus et d’en faire un lieu susceptible de recevoir des professionnels de l’enfance : EEJ, écoles, petite enfances, associations locales …  La reprise du service est prévue en mars 2020.
  • Le bibliobus continuera ses tournées et dépôts en direction des scolaires et de la petite enfance : service mobile, accueils, animations. L’équipement a pour mission également de travailler avec le CIAS, la maison de retraite, le Noctile et l’IME pour toucher des publics qui n’ont pas accès directement aux services de la bibliothèque. Le service de portage à domicile est maintenu. Il est prévu également des tournées dans les quartiers de la ville et une présence sur les marchés.

De nombreuses actions en direction du jeune public:

  • Accueils de classes/projets spécifiques avec les enseignants dont un sur la chaîne du livre (2018 et 2019)/projets avec les animateurs ALAE.
  • 2019/2020 : lancement du jeu national des Petits champions de la lecture lors de la Nuit de la lecture, organisation de la finale locale et départementale, visant à promouvoir le plaisir de lire auprès des élèves de CM2 de la communauté d’agglomération (2 écoles d’Auch et 1 école de Pavie). Organisation d’ateliers de lecture à voix haute.
  • Accueils de groupes périscolaires
  • Accueils et animations hors-les-murs à destination de la Petite enfance
  • Ateliers numériques : 3 ateliers /mois d’octobre à juin organisés par la Pôle numérique et formation tout au long de la vie. Ces ateliers répondent à des besoins des usagers tant professionnels (ou accès à l’emploi) que personnels.
  • Ressources numériques : accès à auto-formation / à domicile.

Création du Musée de la Résistance et de la déportation du Gers : actuellement, ce musée est hébergé au sein des Services Techniques de la Ville en sous-sol sans aucune visibilité ni accessibilité. Ce lieu est indigne de l’œuvre de mémoire indispensable aux générations futures. Un site appartenant à la commune (ancienne école Jeanne d’Arc) a été trouvé pour accueillir le musée dédié à la Résistance et la Déportation et assurer la préservation des œuvres exposées. Travaux 2019 – 2020
Montant de l’investissement : 1,3 millions d’euros

Une école de musique réhabilitée et accessible à tous

Les tarifs pratiqués à l’Ecole de musique de l’agglomération sont maintenus à un niveau bas pour favoriser l’accès au plus grand nombre. Les effectifs sont en régulière progression. Ils étaient de 314 en 2014 pour 362 en 2019. L’école dispose d’un parc instrumental plus étoffé avec des instruments spécifiques par classes, un renouvellement et un entretien maîtrisé.

Une enseignement pour tous: La création d’une classe supplémentaire au Jardin musical pour l’éveil et la sensibilisation des enfants dès l’âge de six ans et la création d’un cursus d’enseignement spécialisé en musiques actuelles afin de répondre à une demande soutenue et pour offrir un enseignement dédié à cette esthétique musicale.

Pédagogie active: L’école offre aussi à tous les usagers la possibilité de participer et d’être acteurs sur des projets hors les murs. Tous les ans les enseignants proposent et travaillent sur une moyenne de 24 actions pédagogiques et artistiques, soit sur des projets de classes ou multidisciplinaires et transversaux. On peut retenir quelques projets de créations plus importants tels que :

  • Monsieur d’Artagnan en 2015
  • Casse-Noisette en 2016
  • Carmen en 2018

D’autre part tous les ans l’équipe enseignante  s’inscrit dans des démarches d’ouverture et de découverte à travers les actions suivantes :

  • Des animations périscolaires avec différentes classes des école primaires
  • Des stages et rencontres inter-discipline en région et ou sur le département
  • Des créations de contes en partenariat avec la Bibliothèque
  • Des animations dans le cadre des journées du patrimoine
  • Des accès aux concert de l’orchestre National du capitole de Toulouse
  • Un travail d’approche et de sensibilisation avec la petite enfance
  • Des actions sporadiques en directions d’enfants malades

Travaux de rénovation: Pour faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite et pour améliorer les conditions d’accueil et de travail des élèves, les bâtiments ont fait l’objet de travaux importants de mise aux normes entre 2017 et 2019 :

  • Escalier de secours extérieur
  • Nouvel accès par le parking
  • Rénovation de la salle des professeurs, du hall d’accueil
  • Création de 2 salles de cours au RdC et au niveau 1
  • Rénovation de toutes les salles de cours
  • Création de studios de travail

Promotion de la culture occitane: poursuite de la mise en place d’une signalétique en occitan et création d’un événementiel.

Bâtiments scolaires: 1 296 800€ de travaux de modernisation, de rénovation et de mise en accessibilité des bâtiments scolaires ont été réalisés pendant la durée du mandat.

Actions en faveur des enfants et de leurs familles: Achats de fournitures scolaires, de matériel pédagogique, de matériel sportif et ludique (190 000€ par an). Poursuite de l’apprentissage de la natation pour tous les élèves de la petite section au CM2 (1144 élèves par an). Accompagnement des projets d’école en partenariat avec les différents services culturels et sports de la collectivité (bibliothèque, musée, école de musique, Pays d’Art et d’Histoire, etc.) Accueil de proximité des usagers et des familles avec la mise en place de rendez-vous individualisés pour les premières inscriptions en école maternelle.

Déploiement de l’informatique: Dans les écoles élémentaires, mise en place d’un plan pluriannuel de modernisation des équipements informatiques, expérimentation et mise en place d’unités mobiles (ordinateurs portables permettant l’enseignement en tous points et lieux de la classe). Dans les écoles maternelles, sur proposition des enseignants, expérimentation de tablettes pédagogiques dans deux écoles.

Réhabilitation de l’école Marianne : Située au cœur du quartier du Grand Garros, l’école Marianne a été déclassifiée après son regroupement avec l’école Marie Sklodowska–Curie (anciennement école d’Artagnan). Après réhabilitation, ce site accueillera les activités suivantes : ludothèque, Ecole Numérique Régionale, Bibliobus. A noter que la réhabilitation thermique sera réalisée dans le cadre du programme de renouvellement urbain du quartier du Grand Garros. Travaux 2017 – 2021
Budget : 900 000 euros

Favoriser la scolarisation précoce des 2-4 ans: Mise en place de deux unités de scolarisation des moins de trois ans (Jean-Rostand 1 et Saint-Exupéry). Accueil spécifique: jardin d’enfants à l’école maternelle Jean-Rostand 1 en septembre 2018. Mise en place d’une navette entre les écoles et le jardin d’enfants afin de favoriser leur présence.

L’école pour tous : Ouverture d’une unité d’enseignement maternel autiste (UEMA) située au sein de l’école maternelle Coulonges. Seule section départementale d’UEMA dans le Gers, cette structure accueille des enfants autistes et propose des activités en insertion dans une école classique. Une opération réalisée en partenariat avec l’ARS et l’Agapei du Gers.
Ouverture d’une unité d’enseignement externalisé IME Hirondelle à l’école élémentaire Jean-Jaurès. Travail partenariat sur l’ensemble des temps de l’enfant (péri et extra-scolaire).

Création d’une unité de scolarisation précoce : en accord avec l’Education nationale, une unité d’accueil pour enfants de moins de trois ans a été installée dans les locaux de l’école Jean-Rostand afin de favoriser l’accès à l’école sur le quartier prioritaire du Grand Garros.
Montant de l‘investissement : 30 000 euros

Réhabilitation de l’école Marie-Sklodowska-Curie (anciennement école d’Artagnan) : un programme de rénovation de l’école Marie-Sklodowska-Curie est en cours et devrait se terminer en 2020 (rénovation complète des 12 salles de classe et des couloirs de distribution, mise en accessibilité et rénovation thermique des bâtiments).
Travaux 2019-2020 : investissement de 1,2 millions d’euros

Activités périscolaires, activités développées dans le cadre de la réussite éducative et d’un projet éducatif de territoire (PEDT)

  • Coup de pouce clé (CPC): ce dispositif de soutien scolaire concerne des enfants de cours préparatoire dits « fragiles en lecture », en risque d’échec car ils ne reçoivent pas, à la maison chaque soir, le soutien dont ils ont besoin pour passer le cap parfois difficile de l’apprentissage en lecture-écriture. Objectif : permettre à ces enfants de réussir leur apprentissage en lecture-écriture, leur faire découvrir le plaisir de lire et leur donner ainsi le goût de la lecture. 5 clubs dans 4 écoles
  • Contrat local d’accompagnement scolaire (CLAS) : concept national d’accompagnement éducatif complémentaire à l’école encadré par des bénévoles deux soirs par semaine au centre social du Garros (classes élémentaires ou collèges) avec pour objectif d’acquérir des méthodes, des approches susceptibles d’acquérir du savoir, de renforcer l’autonomie. 5 écoles concernées (Arago, Jean-Jaurès, Pont-National, Rouget-de-l’Isle, Sklodowska-Curie), 12 jeunes collégiens accueillis à l’école Sklodowska-Curie.
  • Aide aux devoirs : séances organisées par la collectivité dans les écoles élémentaires, encadrées par des animateurs.
  • Lire et faire lire : il s’agit d’un programme de développement du plaisir de la lecture et de la solidarité intergénérationnelle en direction des enfants fréquentant les écoles primaires et autres structures éducatives (centres de loisirs, crèches, bibliothèques..).
  • Intergénérationnel: Mise en place de repas intergénérationnels dans des écoles afin de favoriser les échanges, les apprentissages et rompre la solitude.
  • Programme de réussite éducative (PRE): Le PRE apporte des réponses personnalisées, adaptées à chaque enfant et à leurs parents dans les domaines de la scolarité, de la santé, des loisirs, du bien-être, du social et de l’aide à la parentalité pour favoriser la réussite éducative. Il s’agit d’une prise en charge globale. Public concerné: enfants de 3 à 16 ans.
  • Favoriser la citoyenneté et l’intérêt général: Travail partenariat avec les établissements scolaires du second degré pour permettre l’accueil des élèves exclus dans les structures et permettre aux élèves d’assurer la continuité d’un travail scolaire tout en effectuant un travail sur les raisons de son exclusion.

Activités extra-scolaires: développement d’activités et de camps pour les différentes tranches d’âge. Nombre d’enfants inscrits en accueil de loisirs ALSH: 645. Nombre d’enfants inscrits en camps: 300, dont 168 enfants de 6 à 11 ans et 132 jeunes de 11 à 17 ans. A noter également la mise en place de navettes gratuites pour le ramassage sur les 29 écoles de l’agglomération vers les quatre lieux d’accueil situés à Preignan, Pavie, à l’école Lissagaray et à l’école Rouget-de-l’Isle à Auch.

Réhabilitation de la cuisine centrale : modernisation de la chaine de production afin d’améliorer la production des repas en terme de volume et de qualité. Travaux en 2015. Labellisation Ecocert de la cuisine centrale.
Montant de l’investissement : 600 000 euros

Centre de loisirs Rouget-de-l’Isle : le site du Bois d’Auch n’étant plus adapté à l’accueil des enfants pour des raisons de sécurité et d’accessibilité, il a été décidé de transférer le centre de loisirs sur le site de l’école Rouget-de-l’Isle. Cet établissement dispose de terrain conséquent et des équipements adaptés à ce type d’activité (restaurant, salle informatique, cour ombragée, stationnements à proximité, sécurisation du site….).
Montant de l’investissement : 600 000 euros

Rénovation de l’accueil jeune : le local de l’ancienne MJC ne proposait plus aux 11-14 ans ainsi qu’aux encadrants un espace adapté aux pratiques actuelles. Ont été réalisées la redistribution ainsi que la réorganisation des espaces plus adaptés aux pratiques d’aujourd’hui ainsi que la rénovation thermique de cet espace.
Montant de l’investissement : 160 000 euros

Achat d’un mini bus affecté prioritairement à la crèche familiale: pour les regroupements et à l’ensemble des structures du PPE afin de favoriser les sorties extérieures.

Transformation de la halte-garderie Boule de Gomme: de 12 places en multi-accueil de 15 places avec 5 places réservées à la crèche à vocation insertion professionnelle pour janvier 2020.

Enseignement supérieur: Le pôle d’enseignement supérieur d’Auch est constitué du site universitaire d’Embaqués (IUT et ESPE avec 600 étudiants, et deux structures de recherche), véritable porte d’entrée de l’offre d’enseignement supérieur et de recherche, associé à tous les établissements ou écoles implantés majoritairement sur les villes d’Auch et Pavie.

Etablissements délivrant un diplôme ou une formation post-bac et la recherche sur l’agglomération:

  • 3 établissements d’enseignement supérieur à Auch : IUT, IFSI, ESPE
  • 5 lycées d’Auch (publics et privés) : Pardailhan, Garros, Lavacant, Beaulieu Oratoire
  • 1 école des métiers à Pavie, 
  • 1 école numérique à Auch, 
  • 2 laboratoires : Laboratoire de Biotechnologies Agroalimentaire Environnementale (LBAE) et Centre d’Études de la Biosphère (CESBIO)

Nombre d’étudiants sur Auch:                

  • Rentrée 2014: 1350 étudiants
  • Rentrée 2018: 1498 étudiants (soit +10.96%)

Dépenses directes d’un étudiant : 5 400 €/an soit 8 M€ de retombées économiques sur le territoire

La ville d’Auch présente aujourd’hui une situation financière saine. Le défi ne s’annonçait pourtant pas simple en 2014 avec la baisse annoncée et appliquée des dotations de l’Etat. Mais la bonne maitrise des dépenses de fonctionnement alliée à un niveau d’endettement très nettement inférieur à celui des villes comparables a permis à la commune de poursuivre son effort d’investissement tout en introduisant, pour la première fois, une baisse du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties.

  • Des charges de fonctionnement bien maitrisées
    La ville d’Auch a réussi à maitriser ses charges de fonctionnement, qui demeurent significativement inférieures à la moyenne des communes « de la strate » (communes comparables, comprises entre 20 000 à 50 000 habitants et appartenant à un groupement fiscalisé). Les charges de fonctionnement s’élèvent aujourd’hui à 1 039€ par habitant contre 1403€ par habitant pour les communes de la strate.
    Cette maitrise des dépenses de fonctionnement s’explique avant tout par le fait que la Ville d’Auch a réussi à contenir l’évolution de ses charges de personnel sur la période, qui restent le principal poste de dépenses en fonctionnement (53,89% des charges de fonctionnement de la Ville d’Auch contre 54,21% des charges de fonctionnement des communes comparables). Elles représentent 560€ par habitant (761€ par habitant dans les communes de la strate).
    Cet encadrement des charges de fonctionnement n’a pas empêché la commune de continuer à apporter un fort soutien aux associations du territoire, qui œuvrent, au quotidien dans les domaines de la culture, du social ou encore du sport. L’enveloppe annuelle consacrée aux associations a ainsi été maintenue à plus de 900 000€ par an sur la période.
  • Une diminution de la pression fiscale
    Après une « pause fiscale » de 6 ans, la municipalité d’Auch a franchi une étape supplémentaire en baissant de 3% en trois ans le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Le taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) retrouvera ainsi en 2020 son niveau de 2008. Il s’agit là d’une décision forte, ayant un impact concret sur les ressources de la commune et conduisant à rendre sur trois ans plus de 700 000 euros de pouvoir d’achat aux Auscitains. 
    Pour preuve, en 2018, le produit de taxe foncière sur les propriétés bâties de la commune a été de 11 479 277€ alors qu’il aurait été de 11 598 825€ en maintenant inchangé le taux  (soit une diminution de 119 548€). En 2019, le produit communal attendu de foncier bâti est de 11 523 524€ alors qu’il aurait été de 11 758 317€ avec le taux de 2017 (soit une diminution de 234 793€). 
    Cette tendance initiée de réduction de la pression fiscale exercée sur les Auscitains est d’autant plus à souligner que sur la même période la Ville d’Auch a subi une forte diminution des dotations de l’Etat. Ainsi, alors que la dotation globale de fonctionnement (DGF) représentait encore 5,7 millions d’euros en 2014, elle n’est plus que de 4,5 millions d’euros en 2019. 
  • Un effort d’investissement soutenu sur la période 2014-2020
    La Ville d’Auch a poursuivi un volume d’investissements (travaux en matière de voirie, sur les bâtiments municipaux et dans les écoles, aménagements des espaces publics notamment) très soutenu et supérieur à la moyenne des villes comparables (400€ par habitant à Auch contre 323€ par habitant pour les communes de la strate).
    Entre 2014 et 2019, ce sont en effet plus de 50 millions d’euros qui ont été consacrés aux dépenses d’équipement, permettant notamment la réalisation de projets d’envergure.
  • Un endettement largement inférieur aux communes comparables
    L’encours de dette (capital des emprunts restant à rembourser aux banques) de la commune d’Auch demeure nettement inférieur à celui des communes comparables. Il était de 21,3 millions d’euros au 1er janvier 2014 et atteindra 20,5 millions au 31 décembre 2019. La ville s’est donc légèrement désendettée sur la période tout en poursuivant un programme d’investissements très ambitieux. Le montant de la dette par habitant demeure inférieur à 900€ par habitant à Auch, là où il se situe à 1031€ par habitant dans les communes de la strate.
    Surtout, ce faible niveau d’endettement de la commune d’Auch se traduit à travers un ratio servant de base à la notation des banquiers (attribution et conditions des prêts) : il s’agit de la capacité de désendettement. Ce ratio indique le nombre d’années nécessaire à la collectivité pour se désendetter. Une collectivité qui a une capacité de désendettement inférieure à 10 ans est considérée comme faiblement ou normalement endettée. Le seuil de vigilance est compris entre 10 et 15 ans, tandis qu’au-delà de 15 la collectivité est en situation critique.
    Pour la commune d’Auch, ce ratio exprimé en années, est resté compris entre 3 et 4 jusqu’à fin 2018. Il dépassera légèrement le seuil des 4 années fin 2019 et traduit donc indiscutablement le faible niveau d’endettement de la commune.
    C’est ce faible endettement de la ville et la maitrise de ses charges de fonctionnement qui ont permis, sur la période 2014-2020 de maintenir les équilibres budgétaires nécessaires au maintien de la qualité des services et aux besoins en équipements à satisfaire.

%d blogueurs aiment cette page :