Auch ville nature, c’est déjà une réalité!

2800 plantes ont été installées dans la rue du 8-Mai à la faveur des travaux de rénovation.

Alors que le réchauffement climatique commence à faire sentir ses effets, il est urgent de repenser nos villes en faisant du végétal le premier allié du renouvellement urbain. Avec ses 103 m2 d’espaces verts par habitant (contre 5 à Paris…), Auch peut se revendiquer « ville nature ». Lors des six années passées, de très nombreux efforts ont été consacrés à ce sujet essentiel. 690 arbres 3000 arbustes , 6000 plantes vivaces ont été plantés. Il n’y a plus un seul projet urbain qui n’intègre pas la présence de végétal. On a ainsi vu de manière spectaculaire des plantes prendre racine le long de la route d’Agen et de la rue du 8-Mai, mais aussi dans la rue Dessoles, des arbres s’élever dans la rue de la République ou, plus récemment dans la partie basse de la rue de Metz.

« Ce mouvement initié avec volontarisme et conviction a été salué par l’attribution d’une quatrième fleur du label des Villes et villages fleuris… »

Les arbres et les plantes ont de nombreuses vertus, dont celle de piéger le carbone, mais aussi et surtout celle de réguler la température, notamment dans les espaces très minéralisés des villes. Planter des arbres et des plantes, c’est améliorer la qualité de vie de chacun. Ce travail qui est évidemment appelé à se poursuivre et à se développer, s’est accompagné d’une réflexion sur la gestion de l’eau. Limiter la consommation de l’eau d’arrosage passe tout d’abord par la sélection de plantes résistantes aux conditions difficiles. En 2015, une expérimentation a été réalisée le long du boulevard Sadi-Carnot avec des plantes qui n’ont jamais été arrosées depuis leur plantation et qui se portent aujourd’hui très bien. Systèmes d’arrosage intégrés et récupérateurs d’eau de pluie complètent ce dispositif anti-gaspi.

Mais les jardins ne sont pas que décoratifs. Ils peuvent avoir aussi une fonction alimentaire. Deux jardins partagés ont ainsi été créés, l’un en 2015 baptisé « le Garr’hou est un espace de jardinage communautaire au Garros, où 35 familles cultivent leur lopin de terre en utilisant des méthodes respectueuses de l’environnement; l’autre, créé en 2018 et baptisé « le Jardin joyeux » permet à 48 familles de cultiver leur potager sur un espace de 5000 m2. A cela s’ajoute la création de « keyholes » près des écoles Lissagaray, Saint-Exupéry et Coulongues. Ces dispositifs appelés « key hole garden » ou « jardin en trou de serrure » utilisent les principes de la permaculture et sont à la disposition du public qui, en lien avec les écoles concernées, peut les cultiver, et consommer les légumes.

Pour compléter, des potagers urbains « Incroyables comestibles » ont été installés place d’Assas et place Barbès. Ces mini-potagers sont mis à la disposition du public qui peut les cultiver et consommer les légumes qui y poussent.  Ajoutons pour finir la création de deux vergers à l’école de musique et à Embaquès avec 161 variétés de fruitiers patrimoniaux.

Ce mouvement initié avec volontarisme et conviction a été salué par l’attribution à la ville d’une quatrième fleur du label « Villes et villages fleuris ». Une distinction qui n’est pas anodine puisque le jury qui attribue le label prend en compte un très grand nombre de critères sociaux et environnementaux. Cette politique a vocation à être poursuivie et étendue. Auch doit être « la ville où il fait bon vivre » et où l’on se soucie du bien-être des générations futures!

Pour en savoir plus, découvrez le bilan de mandat 2014-2020

%d blogueurs aiment cette page :